Peau d'Ane la suite



Je lis l'édito du gratuit Stylist dans le métro. Le magazine traite des économes qui arrivent à vivre pleinement une retraite anticipée de leur plein gré grâce à leur don d'épargne. C'est assez intéressant la manière dont ce journaliste écrit. Il parle de son enfance quand un gamin dans la cour de récré arrive avec un billet de 500 francs et qu'il pense aux pains au chocolat non engloutis, aux bonbons non dévorés que ce gosse a certainement dû se priver pour présenter ce trésor à l'école. J'admire cette façon simple de raconter cet "événement".
Et sinon, Peau d’Âne se courbe sous l'ajout de papier...

Peau D'Ane sèche...

L'autre jour je suis rentrée dans un bar pour boire un café vers 17h30. Je m'accoude, pose mes affaires au sol et commande la mixture qui permet d'avoir les idées claires à ces heures là. Un petit verre d'eau accompagne le tout. Je soupire d'aise et extirpe d'un sucrier un sachet que je secoue dans tous les sens pour que le sucre soit bien tassé. Le sachet était ouvert et a déversé alentours les petits grains jusque dans le whisky d'un hipster à côté de moi. La honte de ma vie, il me regarde, regarde son verre. Et moi de planter mon nez dans le café histoire de me donner une contenance. J'ai sifflé le liquide noir, ai payé et suis partie hilare en mon fort intérieur, bien sûr.
Sinon, peau d'âne n'en finit pas de sécher et de se recouvrir...



Peau d'Ane, les débuts...




Peau d’Âne - travail en cours